Pierre Perret – C’etait Elle Que J’attendais Lyrics

Je venais de débarquer aux États-Unis
Pour faire un papier su’ les milieux pourris
Des junquies, de la défonce
À Chelsea et dans le Bronx
Du sexe au crime c’était la déprime
Je l’ai vue dans un p’tit snack aux lumières glauques
Grignotant un hamburger devant son coke
Elle avait une telle grâce
Dans cet univers de crasse
Elle m’a filé comme une envie de chialer
{Refrain:}
Depuis la nuit des temps que Cupidon boudait
Je savais que c’était elle que j’attendais
C’était une belle Ferrari, pas pour ma poire
Comme t’en vois seulement quand t’allumes un pétard
Je lui ai dit : I love you
Mais elle en avait vraiment
Rien à cirer et elle s’est marrée
Je l’ai suivie comme un clébard à Central Park
Elle m’a dit : des mecs comme toi, j’en ai ma claque
Moi, ce que je veux c’est de l’osier
Un type qui en a dans le gésier
Et pour l’amour on verra toujours
{au Refrain}
Elle me dit qu’elle en a marre de tortiller du prose
Et de michetonner pour se payer sa dose
Et qu’elle cherche un camion
Pour partir à Los Angeles
Sans rien en poche, y faire du cinoche
Je l’ai emmenée dans la quarante-deuxième rue
À la gare routière la plus grande de New-York
Tout au long de la balade
On s’embrasse comme des malades
Elle me lâche plus le coude jusqu’à Hollywood
{au Refrain}
Elle s’est fait jeter par cinquante imprésarios
Avant de faire un bout d’essai dans un studio
Quand à moi, pauvre ringard
On m’a viré de mon canard
Et c’est pourquoi j’écris des scénars
À présent, qu’elle est devenue une sacrée star
Elle a eu l’oscar en tournant notre histoire
On s’adore, on s’engueule, on a du fric à la pelle
Mais j’ suis plus moi et elle c’est plus elle
Elle a tout le temps l’œil braqué sur le box-office
Et sur les starlettes qui attendent qu’elle vieillisse
Et notre vie, on la vit dans cette putain d’atmosphère
À coups d’oscars, à coups de somnifères
{au Refrain}

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *